Et si on passait une bonne rentrée scolaire cette année ?

La rentrée approche, avec un peu de chance vous avez partagé 1,2 voire 4 semaines de vacances avec vos touts petits ou plus grands… Eux ont accumulé le double, parfois chez les grands-parents, qui disont le, ont largement revu leurs standards d’éducation depuis le temps où vous étiez vous mêmes enfants. « On n’est pas les parents, ce n’est pas à nous de faire leurs éducations. » Certes… ils n’ont pas tort sauf que le travail de l’année est à refaire… Ne jetons pas la pierre sur Papy & Mamy, tout le monde est bien ravi qu’ils soient présents et bienveillants.

 

D’ailleurs pendant les congés, on a un peu tendance a suivre le même principe… Alors si le petit dernier veut pique-niquer dans le jardin plutôt que manger à table (même si c’est sur la terrasse) on aura plus facilement tendance à accepter. «C’est juste une fois et puis c’est les vacances après tout !! »

 

La moitié nord du pays s’en rends probablement plus compte que le sud, mais les vacances estivales se rapprochent dangereusement de la rentrée…

 

Alors, comment préparer au mieux nos chères têtes blondes ?

 

Pas question de commencer à stresser tout le monde, pas de récitation de la table de 7 ni de chronologie des Mérovingiens. Il est important de profiter de ces derniers jours de vacances et de se préparer en douceur.

 

Subtilement on se couche un peu plus tôt… Non, on ne sonne pas la retraite à 19h45 si ça fait 2 mois qu’ils se couchent à 22h47.  Il nous reste une semaine, on avance le coucher de 10 min en 10 min chaque soir (plus ou moins en fonction de l’heure à rattraper) pour que la veille on soit à la bonne heure (disons 20h30 pour les primaires, 21h30 pour les collégiens)

 

On commence doucement à évoquer la rentrée, toujours de manière positive. On parle des copains de classe, c’est peut-être le moment d’inviter un copain que votre enfant n’a pas vu de l’été. On parle de la classe verte qui va se passer pendant l’année, des sujets qu’ils vont apprendre cette année et qui les intéressent… (Si si en cherchant bien, il y a toujours qqch. ).

 

La veille au soir, on prépare ensemble les vêtements pour le matin. Cela nous évitera de perdre du temps en discussion, argumentation, obligation le lendemain à 7h58…  Et au mieux, ça deviendra une bonne habitude. Of course, on fait la même chose pour le cartable.

 

Si la rentrée est difficile pour certains, on essaie de programmer quelques sorties familiales qui plaisent à tout le monde pas loin après la rentrée, pour que l’on puisse se projeter sur quelque chose de positif.

 

Le jour de la rentrée, on met le réveil 15 min en avance par rapport à l’heure initialement programmée. Oui, on veut tous qu’ils dorment le plus longtemps possible… mais on veut surtout que ce premier matin se passe bien. C’est à dire pas de cri, pas de rush… donc on prend son temps.

 

On prend le temps de se réveiller en douceur, de petit déjeuner ensemble (on peut même réveiller la Bree Van de Kamp qui sommeille en nous et en profiter pour faire des pancakes maison… ça mettra tout le monde de bonne humeur. Surtout si c’est papa qui les fait !)  et de partir à l’école sans devoir courir parce qu’on est en retard… déjà. Les 15 min de sommeil « perdu » sont largement compensées par l’ambiance zen qui règne lorsqu’on a le temps, donc on ne culpabilise pas d’avoir mis le réveil à 7h15 et non pas à 7h30. Soyons honnête se réveiller à 7h50 pour être à l’école à 8h20 (même si elle est au bout de la rue) est illusoire.

 

Important également, l’absence d’écran pendant les temps partagés du retour d’école. Je ne parle pas de nos ados (encore que), mais surtout de nous, parents hyper/trop connectés. Oui je sais, « c’est pour le boulot, c’est urgent »… sauf que :

 

▸ Vous perdez toute votre légitimité à demander à vos ados (oui, cette fois-ci c’est bien d’eux que l’on parle) d’arrêter le portable lorsque vous êtes ensemble.

 

▸ Ce temps partagé que vous perdez vous risquez également de le payer quelques demi-heures plus tard quand vos touts petits ne voudront pas aller se coucher… estimant qu’ils n’ont pas passé assez de temps avec vous ce soir. Et le/la voir sortir de son lit une bonne quinzaine de fois avant de se décider à y rester. À noter que vous vous exposez à la même « réponse » si vous rentrez de manière systématique à la maison après 20h alors qu’ils sont censés se coucher à 20h15.

 

Oui, il y a un idéal (comme partout) et il y a aussi le principe de réalité… faire concilier les deux est un peu le challenge de chaque rentrée. Parce que chaque enfant est différent, il n’y a malheureusement pas de solution miracle applicable à tous, mais ces quelques principes de bases devraient vous permettre de faire de la rentrée autre chose qu’un moment de stress…

 

Et si on passait une bonne rentrée scolaire cette année ?

Partager sur vos réseaux :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin